SAUVER NOURA,VITE! A L’INITIATIVE DU COLLECTIF URGENCE DARFOUR, UNE CENTAINE DE PERSONNALITÉS FÉMININES LANCENT UN APPEL

IL FAUT SAUVER NOURA, VITE !

 

Noura Hussein Hamad, une jeune femme soudanaise de 19 ans a été condamnée à mort pour avoir tué son mari alors qu’il tentait de la violer. Son père l’avait forcée à l’épouser à l’âge de 16 ans, la loi soudanaise autorisant le mariage des enfants de plus de 10 ans.

Noura ayant refusé de consommer le mariage, son mari a invité deux de ses frères et un cousin pour l’aider à la violer.

Le 2 mai 2017, les trois hommes ont tenu Noura tandis que son mari la violait.

Le lendemain matin, ce dernier a essayé de la violer à nouveau, mais elle a réussi à s’échapper à la cuisine où elle a attrapé un couteau. En se défendant, elle a blessé son mari qui a succombé à ses blessures.

Noura s’est ensuite enfuie dans sa famille, mais son père l’a livrée à la police. Un rapport d’examen médical de la lutte avec son mari a indiqué qu’elle avait subi des blessures, y compris une morsure et des égratignures.

Lors de son procès en juillet 2017, le juge a appliqué une loi désuète qui ne reconnaissait pas le viol conjugal. Noura Hussein a été inculpée en vertu de la loi pénale (1991) et reconnue coupable de meurtre intentionnel le 29 avril 2018 au tribunal pénal central d’Omdurman.

 

Il reste quelques jours pour faire appel de son exécution. Il faut mobiliser de toute urgence la communauté internationale pour faire pression sur les autorités judicaires soudanaises afin qu’elles annulent cette condamnation injuste et cruelle.

La peine de mort a été abolie dans de très nombreux pays dans le monde.

Nous demandons :

-L’annulation de la condamnation à mort de Noura

– Un nouveau procès équitable pour Noura, prenant en compte le caractère forcé du mariage d’une très jeune fille, le viol, et la légitime défense Toutes circonstances éminemment atténuantes.

-Un processus judiciaire qui tienne compte des conventions internationales en vigueur.

-La présence d’observateurs internationaux.

 

LISTE DES PREMIÈRES SIGNATURES

Claudia Abate-Debat, Fondatrice et directrice de la Fondation Post Conflit Développement

Eliette Abécassis, écrivaine

Kady Adoum-Douass, journaliste

Jocelyne Adriant, présidente du Collectif pour le lobby européen des femmes (CLEF)

Fadela Amara, ancienne ministre

Astrid-Hadja Aïchour, membre du bureau national de SOS-Racisme

Ines Ammar vice-présidente de l’Union des Etudiants Juifs de France (UEJF)

Isabelle Alonso, écrivaine

Ghislaine Arabian, chef-cuisinier

Saphia Azzeddine, romancière et réalisatrice

Hala Babikir, conseillère Municipale, Créteil

Nicole Bacharan, politologue, historienne

Elisabeth Badinter, philosophe

Josiane  Balasko, actrice, réalisatrice

Nathalie Baye, actrice

Aurore Bergé, députée LREM

Marylou Berry, actrice

Juliette Binoche, actrice

Jane Birkin, comédienne, chanteuse

Dominique Blanc, actrice

Wendy Bouchard, journaliste

Carole Bouquet, actrice

Alma Brami, écrivaine

Sophie Bramly, productrice, présidente du Collectif 52

Marika Bret, directrice des Ressources Humaines de Charlie Hebdo

Irina Brook, actrice et metteur en scène

Karen Brunon, artiste musicienne

Frédérique Calandra, maire du XXème arrondissement de Paris

Dominique Cantien, productrice

Isabelle Carré, comédienne, metteur en scène, écrivaine

Belinda Cannone, écrivaine

Huguette Chomski Magnis, secrétaire général du Mouvement pour la Paix et Contre le Terrorisme (MPCT)

Sérénade Chafik, co-porte-parole de l’association Les Dorines

Diagne Chanel, artiste plasticienne, présidente du Comité Soudan

Laurie Cholewa, animatrice télé et radio

Liat Cohen, guitariste classique

Laetitia Colombani, écrivaine, cinéaste

Marie Courroy, fondatrice de la marque Modetrotter

Catherine Coquio, universitaire

Nicole Croisille, chanteuse

Jessica Cymerman, auteure, créatrice du blog serialmother

Maria De França, rédactrice en chef de la Règle du Jeu

Carine Delahaie, rédactrice en chef de Clara Magazine

Claire Denis, cinéaste

Natalie Dessay, actrice, chanteuse

Lou Doillon , auteure, compositrice, interprète

Arielle Dombasle, actrice, chanteuse

Stéphanie Duncan, journaliste

Elvire Duvelle-Charles, réalisatrice, membre du mouvement Femen

Aïcha El Basri, ancienne porte-parole de la Mission de l’ONU au Darfour

Françoise Fabian, actrice

Liane Foly, chanteuse

Brigitte Fossey, actrice

Émilie Freche, écrivaine

Nicole Garcia, actrice, réalisatrice, scénariste

Isabelle George, chanteuse

Sabrina Goldman, 1ère vice-présidente de la Ligue Internationale contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA)

Anne Goscinny, écrivaine

Anouk Grinberg, actrice

Ghada Hatem, gynécologue, fondatrice de la Maison des femmes de Saint-Denis

Natacha Henry, auteure, historienne

Anne Hidalgo, Maire de Paris

Isabelle Hupert, actrice

Michèle Idels, avocate, co-présidente de l’Alliance des Femmes pour la Démocratie (AFD)

Aline Issermann, réalisatrice

Agnès Jaoui, actrice, réalisatrice, chanteuse

Isabelle Jisphan, présidente honoraire de JOSE

Camelia Jordana, artiste interprète, comédienne

Juliette, chanteuse, auteure compositrice

Lyliane Kandel, ex-responsable du Groupe d’Etudes Féministe (Paris VII)

Delphine Kaufmann, juriste

Rachida Khalil, humoriste, auteure, comédienne

Angélique Kidjo, chanteuse

Beate Klarsfeld, militante de la mémoire

Lida Klarsfeld, militante de la mémoire

Georgette Klarsfeld, militante de la mémoire

Françoise Laborde, journaliste

Aline Le Bail-Kremer, journaliste

Sylvie LeBihan Gagnaire, écrivaine

Corinne Lepage, avocate, ancienne ministre

Joelle Losfeld, éditrice

Sandrine Malet, trésorière de SOS-Racisme

Caroline Madsac, vice-présidente du Collectif Urgence Darfour

Mathilda May, actrice, auteure, metteur en scène

Laura Mayne, artiste

Dominique Meda, économiste

Nana Mouskouri, chanteuse

Audrey Moutot, secrétaire générale d’Espoir d’ici et d’ailleurs

Scholastique Mukasonga, écrivaine

Déborah Münzer, conseillère départementale du Val de Marne

Sophie Nahum productrice et réalisatrice

Isabelle Nanty, actrice

Marie N’Diaye, écrivain

Elisabeth Nicoli, avocate, co-présidente de l’Alliance des Femmes pour la Démocratie (AFD)

Florence Noiville, écrivaine, journaliste

Astrid Panosyan, économiste

Séta Papazian, présidente du Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le Négationnisme]

Marie-Aimée Peyron, avocat, Bâtonnier de Paris

Céline Pina, essayiste

Charlotte Rampling, actrice

Stéphanie Rameau, présidente de Ni Putes Ni Soumises

Simone Rodan-Benzaquen, directrice AJC Europe/AJC Paris

Sonia Rolland, actrice, réalisatrice

Aurèlie Saada, artiste auteur-compositeur chanteuse

Sabine Salmon, présidente de Femmes Solidaires

Leslie Sawicka, chef d’entreprise

Dominique Schnapper, sociologue, politologue, ancienne membre du Conseil Constitutionnel

Colombe Schneck, écrivaine

Anne-Sophie Sebban-Béccache, géo politologue

Sandrine Sebbane, journaliste

Marie Sellier, écrivaine

Claire Servajean, journaliste

Laurence Sigal, directrice de la Fondation du Judaïsme français

Dominique Sigaud, écrivaine

Anne Sinclair, journaliste

Leïla Slimani, écrivaine

Ilana Soskin, avocat, déléguée général Collectif Urgence Darfour

Amanda Sthers, écrivain, réalisatrice

Annie Sugier, Présidente de la Ligue du Droit International des Femmes

Elisa Tovati, actrice, chanteuse

Karin Viard, actrice

Valérie Zarouk, comédienne

Keren Ann Zeidel, artiste auteure compositrice, chanteuse

Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un rétrolien depuis votre site internet.

12 Responses to “SAUVER NOURA,VITE! A L’INITIATIVE DU COLLECTIF URGENCE DARFOUR, UNE CENTAINE DE PERSONNALITÉS FÉMININES LANCENT UN APPEL”

  1. Nabila Irshaid dit :

    Pour notre filles, pour les femmes, pour la vie!

  2. VITTE Nicole dit :

    I sign !!!

  3. Maria Saavedra dit :

    Bonjour il y a urgence pour sauver Noura je signe

  4. André Tardieu dit :

    Liberté pour Noura

  5. KEITA dit :

    Mesdames,Messieurs,la peine de mort a té abolie dans plusieurs pays.Nous demandons l’annulation de la condamnation à mort de Nouria.
    Nous demandons :

    -L’annulation de la condamnation à mort de Noura

    – Un nouveau procès équitable pour Noura, prenant en compte le caractère forcé du mariage d’une très jeune fille, le viol, et la légitime défense Toutes circonstances éminemment atténuantes.

    -Un processus judiciaire qui tienne compte des conventions internationales en vigueur.

    -La présence d’observateurs internationaux.

    Françoise.KEITA

  6. pauporté sylvie dit :

    sauver Noura absolument essentiel

  7. lestang virginie dit :

    Merci pour votre action

    Je l’admire d’avoir trouvé la force de s’opposer à son agresseur qui ne sera pas resté impuni

  8. Hugo dit :

    où sont les hommes?
    où sont les africaines?
    où sont les musulmanes?

  9. Hor dit :

    Just unbelievable!

  10. Brisset dit :

    Cette jeune femme a subi les pires sevices alors qu elle ne demandait que le respect à cet homme qui s est comportait comme un être meprisable. Il faut que cette femme soit reconnue victime et qu elle retrouve la Liberté et son Honneur.

  11. Bertrand Lacourte dit :

    Pour sauver Noura Hussein Hamad cet appel à l’annulation de sa condamnation à mort ci-dessus

  12. Marcoludo dit :

    Thank you ever so for you post.Much thanks again.

Leave a Reply