Quai d’Orsay sur les armes chimiques au Darfour

30/9/2016
La réaction du Quai d’Orsay,
suite à la publication du rapport d’Amnesty International
sur l’utilisation d’armes chimiques contre les populations civiles du Darfour :
Nous avons pris connaissance avec préoccupation du rapport d’Amnesty International, qui dénonce des attaques chimiques au Soudan, dans la région en guerre du Darfour.
Ce rapport porte des accusations très graves que nous ne pouvons ni confirmer ni infirmer à ce stade. L’emploi, la mise au point, la fabrication et le stockage d’armes chimiques sont interdits par la convention pour l’interdiction des armes chimiques, qui a été ratifiée par 192 Etats, dont le Soudan.
La France appuiera toute initiative visant à faire la lumière sur ces possibles attaques chimiques au Darfour.
La France soutient la présence de la MINUAD au Soudan et attend les informations qu’elle pourra transmettre.

Q&R – Extrait du point de presse du 30 septembre 2016

Q – Quand vous parlez d’appuyer toute initiative, y a-t-il des projets en cours, une investigation de l’OIAC ?

R – Ce rapport interpelle la communauté internationale sur de possibles emplois d’armes chimiques au Soudan. La communauté internationale et les instances internationales compétentes doivent s’en saisir pour examiner la gravité de ces faits et leur réalité.

Q – Avez-vous une idée concernant la validité des affirmations du rapport ?

R – Il s’agit d’un rapport d’une organisation non-gouvernementale, crédible et sérieuse. Nous pensons que la communauté internationale doit le regarder de près et enquêter pour vérifier si ces informations sont réelles ou non.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un rétrolien depuis votre site internet.

Leave a Reply