POURQUOI MERIAM A ÉTÉ RELÂCHÉE, PUIS DE NOUVEAU INTERPELLÉE?

POURQUOI MERIAM A ÉTÉ RELÂCHÉE, PUIS DE NOUVEAU INTERPELLÉE?
Meriam a été interpellée par 40 agents des services de renseignements soudanais à l’aéroport de Khartoum, alors qu’elle devait quitter le pays. Le prétexte invoqué par les sbires du régime serait une obscure histoire de documents à son nom chrétien et non musulman. De toute manière tout est bon pour exercer des pressions sur elle et sa famille. Son mari est resté avec elle dans les locaux des services de sécurité, ainsi que ses deux enfants le petit Martin 21 mois et la dernière-née Maya.
Comment interpréter tous ces signaux contradictoires émis par le régime islamiste de Khartoum ?

extraits de l’article publié sur le site du NouvelObs (http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1210140-soudan-meriam-condamnee-a-mort-vient-d-accoucher-en-prison-m-hollande-agissez.html )

…Le lendemain commençait la cacophonie des officiels soudanais dans leur communication aux médias. Pourquoi ?

Les divisions au sein du pouvoir islamiste se sont aiguisées dernièrement. Elles expliquent les points de vue contradictoires. En effet, le pays connaît actuellement de très graves difficultés et le président Béchir, au pouvoir depuis son coup d’État pro-islamiste de 1989, est usé.

Une scission a eu lieu dans le parti au pouvoir. Le principal leader de l’opposition institutionnelle Sadeq Al Mahdi a été arrêté il y a peu. Le Soudan est un État criblé de dettes, dont la source principale de devises s’est tarie avec l’indépendance du Sud-Soudan en 2011.

En effet, 70% des puits pétrole s’y trouvaient avant la partition du pays. D’importantes manifestations violemment réprimées ont eu lieu l’an dernier en raison du renchérissement du coût de la vie. Tandis que les denrées de base ne sont plus subventionnées et que tous les budgets sociaux sont à la baisse, la Défense et la Sécurité prennent l’essentiel des rentrées fiscales. Et pourtant, le régime islamiste ne parvient pas à venir à bout de la rébellion du Darfour ou de celle du SPLM-nord dans les régions du Nil Bleu et du Sud-Kordofan.

Un laisser-faire face aux islamistes

Seul un raidissement idéologique, mettant au pas toute la société, permettrait à Omar el Béchir et à son équipe de se maintenir au pouvoir. En effet, pour les dirigeants soudanais, tout changement politique peut signifier un aller simple pour La Haye. Plusieurs d’entre eux sont sous l’objet d’un mandat d’arrêt international de la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité commis sous leurs ordres au Darfour. Contre Béchir a été retenue de plus l’accusation de génocide.

Ce laisser-faire aux islamistes les plus durs expliquent la cruauté du régime de détention de Meriam qui aurait accouché de son deuxième enfant en prison, les jambes enchaînées. Elle est harcelée par les oulémas qui tantôt usent du bâton (« tu seras pendue, si tu ne reviens pas à l’islam »), tantôt essaie la carotte (« tu auras de l’argent, nous te protégerons toi et tes enfants »). En vain….

Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un rétrolien depuis votre site internet.

Leave a Reply