Musa, Ibrahim, Omar et les autres, par Christiane Mérelle

Même les génocidaires font des mondanités ! Ils étaient tous très élégants dans leurs tenues traditionnelles pour le mariage de l’année à Khartoum. Beautiful people ! Des mets fins, des fleurs partout, de la musique et de la meilleure. Et en plus une mariée ravissante, rayonnante même, en tout cas sur les photos.

La fille de Mussa Hilal épousait le président du Tchad, Idriss Deby. Un mariage très politique entre des gens si honorables. Un casting d’enfer pour les plus belles noces de la région. Omar el Béchir plus glamour que jamais était là, distribuant un petit mot à certains et poignées de main virile à d’autres. Et le montant de la dote, publié dans toute la presse s’il vous plait : plus 25 millions de dollars ! Pour le moment il n’y a aucune indiscrétion pour indiquer dans quelle caisse a puisé le président tchadien pour obtenir la main de sa belle. En revanche, je suis sûre que dans un geste très noble, le clan Hilal va en faire don au Programme alimentaire mondial pour nourrir les petits gamins du Darfour.

Seul le Procureur de la CPI n’était pas invité, un oubli sans doute. Pourtant il les connait tous. Musa Hilal est l’un des plus importants chefs Janjawid. Il a été mis en cause dans des rapports de l’ONU qui évoquent des crimes contre l’Humanité commis sur des civils au Darfour. On ne vous présente plus Omar el Béchir, le seul chef d’Etat au monde faisant l’objet d un mandat d’arrêt international. Cela devait être passionnant les conversations au buffet entre deux petits fours. A mon avis Hilal trouve que la presse a donné trop d’importance à Béchir…

Et puis il y avait celui qu’on n’attendait pas là. Une sorte de guest star : Ibrahim Gambari, le chef de la mission conjointe ONU-Union Africaine, le responsable des casques bleus du Darfour. Pour mémoire les casques bleus ont comme mission celle de protéger les civils et l’aide humanitaire.

Il était donc invité aussi !« Le Soudan étant un tout petit pays (5 fois la France), tout le monde se connaît ». C’est fou ce que les gens sont mauvaise langue. La vérité c’est qu’il a du entendre de la musique et qu’il pas su résister…

Alors, on a eu droit à de très jolis clichés, Gambari félicitant chaleureusement Hilal ou El Béchir, hilare, bavardant avec lui.
Ban Ki Moon a été interpellé publiquement par Human Rights Watch sur la présence d’un officiel de l’ONU avec le plus important chef des Janjawids et un chef d’Etat inculpé de génocide. Gambari s’en est offusqué. « Mais enfin je représentais l’Union africaine ! » a-t’il déclaré. Ouf on est rassuré sur l’état de rigueur morale qui règne dans l’organisation!

Remarquez le diplomate nigérian peut espérer une sortie triomphale du Soudan. Son prédécesseur, le formidable Rodolphe Adada, vous savez celui qui disait, entre deux bombardements, que « la guerre est finie au Darfour », avait été décoré par Béchir, de la « médaille du Nil », la plus haute distinction au Soudan.

Comme on vous dit : « beautiful people ! »

Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un rétrolien depuis votre site internet.

Leave a Reply