MERIAM : BECHIR ET LES ISLAMISTES SEMENT LA CONFUSION !

MERIAM : BECHIR ET LES ISLAMISTES SÈMENT LA CONFUSION !

Lorsque nous avons appris la libération de Meriam, nous n’avons pas osé y croire. L’espoir était là mais s’est vite envolé. En effet, la tragique histoire de Meriam se poursuit et les choses ne semblent pas s’arranger ! Nous ne sommes pas étonnés. C’est ainsi que procède la République islamique du Soudan.
Le lendemain de sa libération, elle a été, avec ses enfants et son mari, arrêtée par plus de 40 agents de la sécurité alors que la famille s’apprêtait à prendre l’avion vers Washington, via le Sud Soudan.
Elle est accusée aujourd’hui d’avoir essayé de voyager avec des documents falsifiés issus de l’ambassade du Sud Soudan avec un visa américain. Pour cette infraction elle peut être condamnée à nouveau jusqu’à 7 ans de prison.
Les autorités soudanaises estiment qu’elle n’est pas sud-soudanaise puisqu’elles ne reconnaissent pas son mariage avec un chrétien.De plus, les autorités lui ont fait savoir qu’elle aurait dû utiliser pour voyager son nom de naissance musulman et non pas son nom chrétien choisi après sa conversion. Les Soudanais veulent apparemment encore la forcer à admettre qu’elle s’est convertie alors qu’elle l’a toujours nié.
Toute la famille a d’abord été retenue dans un local de la NISS (National Intelligence and Security Service) dans l aéroport puis emmenée dans un poste de police de Khartoum. Il faut savoir que les membres de la NISS sont considérés comme des « agents de terreur » dans un rapport accablant d’Amnesty avec un catalogue sinistre des abus qu’ils ont effectués.
Meriam a été libérée sous caution et l’ami qui a versé la caution pour sa libération sera pénalisé si elle quitte le pays avant que ses charges ne soient levées.
La situation est d’autant plus urgente que le prétendu demi-frère de Meriam qui l’avait dénoncé aux autorités dit ne pas avoir été informé de sa libération : « C’est une question d’honneur, les chrétiens ont trahi notre honneur et nous sauront nous venger ! »Les officiels soudanais, en prenant les gens pour des imbéciles, prétendent que le problème n’est pas avec le gouvernement soudanais mais avec la famille. Pourquoi donc ne pas la laisser partir tranquille avec sa famille ?
Les nouvelles allégations viennent encore limiter les espoirs de Meriam de quitter le Soudan et c’est un signe, s’il en est encore besoin, que le gouvernement soudanais joue à un jeu tordu ! Aujourd’hui son avocat a confirmé que la police l’avait à nouveau libérée après que les diplomates étrangers aient fait pression sur le gouvernement. Elle est actuellement à l’ambassade des Etats-Unis avec sa famille.
Pourquoi cette confusion ? Omar El Bechir, gouverne depuis 89 son pays avec une poigne de fer. Pressionné par l opinion internationale, le gouvernement soudanais n’entend pas perdre la face facilement, d’autant que les secteurs islamistes les plus radicaux veulent faire « payer » Meriam et sa famille. Nous ne relâcherons pas la pression ! Nous devons parler encore plus fort pour que Meriam puisse être protégée et quitter le pays en toute sécurité!
Dr Caroline Madsac

CHRONOLOGIE DE L’AFFAIRE MERIAM

2011- Meriam Ibrahim, dont le père est musulman mais absent, est élevée dans le christianisme par une mère chrétienne. La jeune femme se marie avec Daniel Wani, un citoyen américain, catholique, né au Sud-Soudan
Septembre 2013- Meriam est arrêtée, accusée d’apostasie et d’adultère, la charia ne reconnaissant pas sa foi chrétienne ni son mariage avec un chrétien. Leur fils Martin est détenu en prison avec elle. Agée de 27 ans, la jeune femme est enceinte de 8 mois.
15 mai 2014 – Meriam est condamnée à mort par pendaison pour apostasie et à 100 coups de fouet pour adultère. Elle refuse d’abjurer sa foi chrétienne.

23 mai – Les fers aux pieds, Meriam donne naissance en prison à Maya, sa petite fille.

28 mai- Mr Wan, son mari voit pour la première fois son bébé. Les deux enfants restent en prison auprès de leur mère car les autorités n’entendent pas confier des enfants à un père chrétien.
Fin mai- La campagne internationale pour la libération de Meriam s’amplifie. De nombreuses déclarations de leaders politiques expriment leur soutien.
1er juin-Les dirigeants soudanais se contredisent sur le sort de Meriam
18 juin -Les chaînes sont ôtées des jambes de Meriam, « à la demande des médecins pénitentiaires ».
23 juin- Une commission de trois juges annule le jugement précédent et relaxe Meriam.
24 juin Meriam, accompagnée de ses enfants et de son mari sont interpellés par 40 agents des services de sécurité à l’aéroport de Khartoum. Ils sont finalement relâchés.
26 juin Meriam et sa famille trouvent refuge à l’ambassade américaine à Khartoum.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un rétrolien depuis votre site internet.

Leave a Reply