LETTRE DES DR BERES ET MAMOU A LAURENT FABIUS, SANS REPONSE DEPUIS LE 3 JUIN …Nous attendons de la France qu’elle prenne une initiative au Conseil de sécurité pour que ces bombardements sur des cibles civiles cessent non seulement au Sud-Kordofan, mais aussi au Nil Bleu et au Darfour.

Envoyer un message à Meriam sur la page : Il faut sauver Meriam

PARIS LE 3 JUIN 2014

M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères
Monsieur le Ministre,
Nous avons appris récemment le bombardement de la base des ONG de Kauda dans les Monts Noubas, au Sud-Kordofan. Il s’agit du seul lieu où les humanitaires bénéficient d’un appui logistique dans cette région difficile du Soudan. Six bombes sont tombées sur cette base, démontrant ainsi, s’il y avait eu le moindre doute, la volonté de l’aviation de Khartoum de le viser de façon parfaitement ciblé. Pour avoir séjourné en ce lieu, nous savons très bien qu’il s’agit de bureaux, de cuisine et de dortoir qui servent exclusivement aux humanitaires. Ce sont au total cinquante-cinq frappes aériennes qui ont touché la bourgade de Kauda, détruisant notamment une école et des abris de stockage de récoltes.
Quelques semaines avant, le seul hôpital de la région, situé à Guidel, à une heure de route de Kauda avait reçu onze bombes en deux jours. Là non plus, on ne peut évoquer un malencontreux hasard ni une erreur de cible, puisque le bombardement avait été précédé d’un survol de drone. Nous avons travaillé récemment dans cet hôpital de 350 lits avec le Dr Tom Catena, l’unique praticien à le faire fonctionner et qui se dépense sans compter pour donner des soins à la population.
Par ailleurs, vous le savez, Khartoum interdit toute aide humanitaire dans les zones contrôlées par les rebelles du SPLM-nord. Il est donc évident que ces bombardements visent à détruire les rares ressources humanitaires qui aident encore les populations locales.
Ces attaques aériennes sur des cibles exclusivement civiles constituent de graves violations du Droit international. Nous n’allons pas vous rappeler que les dirigeants soudanais, et le président Omar el Béchir lui-même, font l’objet d’un mandat d’arrêt international de la CPI pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.
Nous attendons de la France qu’elle prenne une initiative au Conseil de sécurité pour que ces bombardements sur des cibles civiles cessent non seulement au Sud-Kordofan, mais aussi au Nil Bleu et au Darfour.
Vous remerciant par avance de la bienveillante attention que vous avez bien voulu accorder à ce courrier, inspiré par l’urgence de la situation, nous vous prions d’agréer l’expression de notre haute considération.

Dr Jacky Mamou, président du Collectif Urgence Darfour, ancien président de Médecins du monde
Dr Jacques Bérès, co-fondateur et ancien président de Médecins sans frontières

Envoyer un message à Meriam sur la page : Il faut sauver Meriam
Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un rétrolien depuis votre site internet.

Leave a Reply