J’y pense et puis j’oublie…, par Christiane Mérelle

Honte au Conseil National de Transition libyen qui a accueilli le criminel Omar el-Béchir !

Le président soudanais s’est rendu samedi 7 janvier en Libye pour une visite officielle de deux jours. Il a été accueilli par les plus hautes autorités du nouveau pouvoir, dont Moustapha Abdeljalil en personne, qui dirige le Conseil national de transition (CNT).

Pénible paradoxe : durant l’insurrection contre le l’ancien régime libyen, le CNT avait demandé à la Cour pénale internationale (CPI) d’inculper  Kadhafi et d’autres dirigeants. Le Conseil de sécurité de l’ONU avait alors décidé la saisine de la CPI pour enquêter sur les crimes commis par le pouvoir à l’encontre des populations libyennes. Un mandat d’arrêt international avait été ensuite délivré par la CPI à l’encontre du « guide  suprême », de son fils et du chef du renseignement.

Et voila qu’Abdeljalil accueille en grande pompe Omar el-Béchir, accusé par la CPI de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et  de génocide commis sous ses ordres au Darfour. Quelle bouffonnerie ! Qui peut dès lors donner quelque crédibilité aux déclarations des nouveaux maîtres de Tripoli en faveur de l’état de droit dans la nouvelle Libye ?

Nous comprenons bien qu’à la recherche de reconnaissance internationale et de coopération régionale le CNT veuille avoir de bonnes relations aves ses voisins. Mais pourquoi recevoir un dictateur banni de la communauté internationale et qui a heureusement de plus en plus de mal à se rendre à l’étranger pour participer à des rencontres ou des sommets ? Le fait que Khartoum ait aidé les insurgés pour renverser Kadhafi ne légitime rien. D’autres ont contribué largement à la victoire et plus efficacement.

Ne reculant jamais devant le mensonge et le cynisme, el-Béchir a déclaré en arrivant à Tripoli que «le peuple soudanais a été le deuxième à avoir le plus souffert sous Kadhafi après le peuple libyen». A-t-il oublié que Kadhafi l’avait reçu en geste de défi vis-à-vis de l’ONU et de la CPI ?

Plus ça change, plus c’est la même chose…

Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un rétrolien depuis votre site internet.

Leave a Reply