Empêchons le gouvernement soudanais de bombarder et d’affamer

SIGNEZ LA PETITION

Nous soussignés, demandons au Conseil de Sécurité des Nations Unies (CSNU), à tous les acteurs de la communauté internationale et à tous les gens épris de paix d’agir immédiatement pour arrêter la crise humanitaire qui sévit au Soudan dans les Monts Nouba du Sud Kordofan, dans la région du Nil Bleu et au Darfour. Nous demandons au CSNU et aux membres de la communauté internationale d’être solidaires des peuples du Soudan qui cherchent à se libérer pacifiquement du régime criminel d’Omar el Béchir qui règne sur le Soudan depuis 22 ans en toute impunité.

Plusieurs sources, notamment les organisations internationales, alertent sur la dangerosité de la situation des Monts Nouba/Sud Kordofan, du Nil Bleu et du Darfour , qui nécessite une action urgente.

On estime que 400 000 civils ont été déplacés des Monts Nouba/Sud Kordofan et du Nil Bleu où des dizaines de milliers de personnes ont trouvé la mort. Des civils ont fui en Ethiopie et au Sud Soudan,, mais plus de 43.000 sont près de la frontière, et ne peuvent gagner le Sud Soudan. Ils manquent de nourriture et subissent les bombardements aériens incessants des Forces Armées Soudanaises (FAS) et des milices. Les images captées par le Projet Satellite Sentinelle confirment les destructions d’habitations, la présence de huit fosses communes dans les Monts Nouba, les incendies délibérés de villages, les importants mouvements militaires, le bombardement aérien du village d’Amara et du Nil Bleu en général. Des rapports en provenance des Monts Nouba et de la République du Sud Soudan attestent aussi d’une situation humanitaire dramatique. Les bombardements des FAS ont poursuivi les réfugiés même au-delà de la frontière, au camp de Yida dans l’état d’Unity au Sud Soudan.

Le gouvernement d’Omar el Béchir a toujours suivi le même schéma de nettoyage ethnique systématique, au Darfour comme au Sud Soudan jusqu’en 2005. Le refus d’accès à l’aide humanitaire, les massacres, l’emprisonnement et la torture de civils, le pillage, la famine et l’esclavage sont utilisés comme armes de guerre. Les dirigeants poursuivis par la CPI , le Président Omar el Béchir, le Gouverneur du Sud Kordofan Ahmed Haroun, et le Ministre de la Défense Hussein, sont toujours au pouvoir, libres de continuer à perpétrer des crimes similaires à ceux qu’ils sont accusés d’avoir perpétré au Darfour.

Le tyran Omar el Béchir qui a transformé en enfer les vies d’enfants, de jeunes, de femmes, de non-combattants a aussi fait du Soudan une pépinière d’organisations terroristes, comme al-Qaida, le Hamas, le Hezbollah, la LRA et les Jihadistes islamistes. Cela a été illustré par l’accueil chaleureux réservé à des hommes comme le Président iranien Mahmoud Ahmedinejad, Khaled Meshal, ou le Président du Parlement iranien Ali Larijani. Lorsqu’Omar el Béchir fut accusé de crimes de guerre au Darfour, Aljazeera rapporta qu’Ali Larijani apportait son soutien total au régime de Béchir dirigé par son parti, le Parti National du Congrès.
– Nous appelons tous les citoyens épris de paix et la communauté internationale, le Conseil de Sécurité de l’ONU, l’Union Africaine, l’IGAD, l’Union Européenne et le gouvernement des Etats-Unis à faire pression sur le gouvernement soudanais pour que le régime de Khartoum cesse de bombarder les civils et permette l’accès des populations civiles à l’aide humanitaire.

– Nous demandons au CSNU de recourir à des mesures sérieuses contre le gouvernement el Béchir en décidant d’agir sous le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies: imposition d’une zone d’exclusion aérienne au dessus du Nil Bleu, des Monts Nouba/ Sud Kordofan, Abyei et aussi le long de la frontière entre le Sud Soudan et le Soudan, afin d’assurer la protection des civils et des humanitaires. De plus, nous demandons aux membres de la communauté internationale d’assurer les moyens pour permettre la mis en place effective de cette zone d’exclusion aérienne.

– Nous demandons aussi que le CSNU engage des actions contre les états membres qui ne remplissent pas leurs obligations envers le Statut de Rome de la CPI. Le Ministre soudanais de la Défense doit répondre de ses actes devant la justice, ainsi que les officiers et soldats des divisions qui ont tué, brûlé, pillé dans les régions des Monts Nouba et du Nil Bleu. Nous exigeons que ceux qui ont commis des crimes de guerre contre les populations civiles du Darfour, des Monts Nouba, du Nil Bleu et d’Abyei, répondent de leurs actes. Nous exigeons que ceux qui ont donné l’ordre de tuer des civils soient poursuivis devant la CPI.

– Nous exigeons aussi que le CSNU étende le mandat de la CPI pour qu’elle enquête sur les atrocités commises par les forces armées soudanaises et les milices contre les civils des Monts Nouba / Sud Kordofan et du Nil Bleu.

– Le CSNU doit agir contre le gouvernement de Béchir sous peine de voir la guerre s’étendre non seulement au Soudan, mais aussi dans toute la région de l’Afrique centrale et de l’Est. Le CSNU doit traiter les cas du Darfour, du Nil Bleu et des Monts Nouba /Sud Kordofan comme des urgences.
– Nous exigeons l’isolement politique et diplomatique du gouvernement El Béchir et l’application de sanctions économiques contre le gouvernement du Soudan.

– Nous demandons aussi réparation pour les violations massives des droits humains commises au Darfour, dans les Monts Nouba /Sud Kordofan et dans la région du Nil Bleu, y compris les dégâts aux biens et aux infrastructures. Les victimes méritent une indemnisation et le CSNU doit l’imposer au Gouvernement d’Omar el Béchir.

Ce texte a été signé par 85 organisations internationales et des personnalités

SIGNEZ LA PETITION

Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un rétrolien depuis votre site internet.

Leave a Reply