DARFOUR : LES ARMES CHIMIQUES CONTRE LES POPULATIONS

Amnesty International après avoir interviewé des rescapés, interrogé des témoins, visionner des images est arrivée à la conclusion que le Soudan utilisait des bombes chimiques sur les populations du Darfour.

 

L’ampleur et la brutalité de ces attaques est difficile à mettre en mots. Les images et les vidéos que nous avons vues au cours de notre recherche sont vraiment choquantes ; sur l’une d’entre elles on voit un jeune enfant hurler de douleur avant de mourir ; de nombreuses photos montrent de jeunes enfants couverts par des lésions et des cloques.Certains étaient incapables de respirer et de vomissements de sang ,

a déclaré Tirana Hassan, directeur d’Amnesty International Crisis Research.

Les bombardements se sont concentrés sur le Jebel Marra un massif montagneux, aux mains des rebelles du SLA, que l’armée soudanaise n’arrive pas à conquérir. Cependant, selon le rapport d’Amnesty, les armes chimiques ont été utilisées le plus souvent sur des villages où il n’y avait pas de présence de rebelles.
L’ONU a enregistré plus de 250 000 personnes déplacées depuis le début de l’assaut en janvier 2016 sur cette région. Des centaines ont été tuées et beaucoup ont été blessées.
Au Jebel Marra ni journalistes ni humanitaires. Un crime qui se voulait parfait…
Il s’agit d’une nouvelle escalade dans l’horreur. Rappelons que le président soudanais, son ministre de la Défense et d’autres dirigeants sont poursuivis par la Cour Pénale internationale pour crimes contre l’humanité commis sous leurs ordres au Darfour.

Voir le rapport:
https://amnestyfr.cdn.prismic.io/amnestyfr%2F0a185bd2-d74a-4894-bd13-87ef3dc9c1c1_afr_54_4877_2016_ext_fra.pdf

Vous pouvez laisser un commentaire, ou effectuer un rétrolien depuis votre site internet.

Leave a Reply