Félicitations au Dr Tom Catena, lauréat du prix Aurora!

Félicitations au Dr Tom Catena, lauréat du prix Aurora!
Le Collectif Urgence Darfour salue cette distinction méritée, qui met le projecteur sur les populations des monts Noubas, martyrisées par le régime islamiste de Khartoum. Le Collectif Urgence Darfour soutient depuis plusieurs année le travail du « Dr Tom » et l’hôpital Mother of Mercy: envoi d’une équipe médico-chirurgicale, fourniture de matériel orthopédique, soutien à la formation d’un infirmier-major.

https://auroraprize.com/fr/aurora/detail/11533/dr-tom-catena-laurat-du-prix-aurora-2017

 

Point de vue: « L’expansion du projet arabo-islamique au Darfour »


par Gaffar Mohammud Saeneen

 

Le Darfour fait l’objet d’une occupation constante.

Récemment, des auxiliaires du gouvernement soudanais ont tenté à plusieurs reprises de creuser des puits dans la bande nord au nord du Darfour, notamment la zone de Dar Zaghawa, sans avoir consulté au préalable, ni obtenu l’autorisation des habitants de cette région. Cette politique consiste à inaugurer l’occupation de terres autochtones et à leur substituer des colonies étrangères d’Arabes nomades, originaires du Mali, du Niger et de Mauritanie.

 

De nombreuses vidéos circulent, illustrant la continuité de cette expansion dans les zones au nord du Darfour par des groupes arabes dans la période à venir. Cette politique d’occupation de terres autochtones et de leur remplacement par de nouveaux colons est une politique ancienne, qui a été mise en œuvre de façon continue durant la guerre et après dans la plupart des régions habitées par les Fours et les Mesilats au Darfour Ouest, jusqu’au centre du Darfour, où ils subissent la terreur et une intimidation systématique avec l’aide des milices arabes du gouvernement de Khartoum.

 

Tout cela fait partie de la politique du projet arabo-islamique visant à occuper cette partie du Soudan, de façon à ce qu’ils puissent s’étendre jusqu’au Tchad et l’Afrique Centrale, progressivement, avec l’aide du gouvernement du Soudan et des Etats du Golfe. Ce qui se passe actuellement à Dar Zaghawa constitue une menace pour la stabilité future au niveau du Darfour et de ses voisins, à savoir le Tchad et l’Afrique Centrale, et je ne crois pas au succès de quelque tentative que ce soit pour contrer et s’opposer à cette politique d’expansion territoriale de la part des habitants de Dar Zaghavwa, du fait de la faiblesse militaire et des dissensions parmi les forces combattantes.

 

Ce qui subsiste du territoire du Darfour dans la bande nord à travers Dar Zaghawa et Dar Medoub est menacé d’occupation et, si les occupants réussissent dans leur projet absurde, il nous faudra oublier l’avenir du Darfour, un pays de la taille de la France, et capituler face au projet arabo-islamique.

 

____________

 

Merci pour la traduction : © GF – 05.2017 – MPCT

 

« IL Y A PLUS DE VIOLENCE AU DARFOUR »….

« En tant que survivante du génocide du Darfour, comme des millions de Darfuris, je souhaite la paix, mais pas la paix fictive dépeinte par l’Ambassadeur soudanais Mustafa et son gouvernement, pour rétablir ses relations internationales ou mettre fin à son isolement… Les problèmes au Darfour n’ont jamais été les combats entre les forces rebelles et soudanaises. Il s’agit de l’incendie systématique des villages par le gouvernement soudanais, du meurtre de citoyens innocents et des ordres de violer femmes et fillettes – des actes ayant abouti à l’inculpation  du président el-Bechir et d’autres dirigeants… »

 

https://www.theguardian.com/world/2017/may/02/theres-more-violence-in-darfur-now-not-less

SEMAINE HISTOIRE,MÉMOIRE, ACTUALITÉ ET PRÉVENTION DES GÉNOCIDES

Lycée Marcelin Berthelot-St Maur : Semaine « Histoire, mémoire, actualité et prévention des génocides »
Les élèves de l’atelier Histoire et Travail de Mémoire, sous la direction de Pascale Morel, professeure coordinatrice au Lycée Marcelin Berthelot de St Maur des Fossés, organisent la semaine « Histoire, mémoire, actualité et prévention des génocides » qui se tient, selon les évènements, au Lycée Marcelin Berthelot ou au Cinéma municipal de la ville, Le Lido. Cette semaine de sensibilisation traitera du génocide des Tutsi du Rwanda, du négationnisme qui frappe la Shoah et le génocide arménien, de la situation des réfugiés du Moyen-Orient ou d’Afrique, et du génocide en cours au Darfour (avec la présence de Jacky Mamou, Président du Collectif Urgence Darfour, et Caroline Madsac, Vice-Présidente). Jeudi 18 mai 2017, Séta Papazian, Présidente du Collectif VAN, interviendra au Cinéma municipal Le Lido, sur le thème du négationnisme d’Etat de la Turquie, à l’issue de la projection du film Le procès du siècle de Mick Jackson (2017). http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=96356
#Histoire, #mémoire, #prévention #génocidesLycée

Le Soudan a besoin d’une nouvelle révolution politique

Je veux que mes amis comprennent ce qu’il y a en moi. Une vision d’un changement radical qui conduira à un état de loi, d’ordre et de responsabilité avant d’avoir n’importe quoi à n’importe quel prix. En soi, le changement est le processus le plus difficile et le plus complexe en termes de son propre contenu, surtout dans le cas du Soudan qui saigne et souffre encore de l’accumulation d’ignorance et de ce qui reste de l’idéologie de l’islam politique.
·       A ce jour, tout ce que nous voyons est que l’Etat du Soudan est sur la liste des Etats qui soutiennent le terrorisme, la corruption financière, les guerres internes, l’exode de masse et plus de trois millions de personnes qui vivent dans des camps de déplacement interne au merci de la communauté internationale qui retournera à ses occupations quotidiennes.
·       L’échec de l’Etat soudanais a créé de nouveaux défis aux niveaux régional et international, tels que le phénomène du terrorisme islamiste, de l’immigration illégale, des guerres par procuration qui résultent d’une intervention directe dans les affaires de pays voisins, la guerre par procuration sur des pays voisins et la situation actuelle dans l’Etat du Sud Soudan est actuellement un exemple fort. Le Soudan a besoin d’une nouvelle révolution politique sous la direction de la communauté internationale démocratique représentée par la France, les Etats Unis, le Royaume Uni, l’Allemagne et l’Etat d’Israël du Moyen Orient. Parce qu’il est difficile de reformer la génération ancienne, qui tend à s’auto-détruire avec ses idées contaminées. Mais le plus grand danger et le défi le plus important viennent de ce que ma génération transmettra à la suivante, puisque la plupart de cette génération (et je peux dire avec confiance qu’il s’agit de plus de 90%) souffrent des ce que nous avons hérité de nos ancêtres, telles que le tribalisme, le régionalisme, le fanatisme religieux, les mensonges, l’hypocrisie et la haine. Certes une telle société est difficile à transformer d’un seul coup, et il est également difficile de le transformer de telle façon que ce soit bénéfique pour tous ou même pour obtenir un consensus. Il n’y a pas beaucoup de choix pour ce genre de situation difficile ; soit on la laisse pourrir, voire germer, soit on prend une solution radicale pour éviter un effondrement total et le chaos dans l’intérêt de la stabilité mondiale. Le peuple soudanais a besoin d’un dirigeant qui leur apprenne la culture du travail difficile, le fait d’assumer ses responsabilités tout en fournissant la sécurité et la liberté en les protégeant des maux des uns envers les autres.
·       Finalement, j’ai la conviction que l’Etat soudanais a besoin d’un processus de changement compréhensif, radical et urgent sous les auspices de la communauté internationale et sous la direction de jeunes Soudanais d’une façon nouvelle. J’ai cette vision de la façon de résoudre le problème soudanais complexe, parce que je connais bien son histoire et n’ai besoin que d’amis sincères et fidèles. Pour être franc avec tous ceux qui liront cet article, je ne peux pas permettre le sang de mon père innocent d’avoir été versé en vain. Vingt huit ans d’injustice ont renforcé mon caractère de beaucoup de façons, et c’est pourquoi je vois les choses à travers une perspective différente de celle de beaucoup d’autres Soudanais.

Gaffar Mohammud SAENEEN

Traduction : Bérénice Dubois